Les organisations de la diaspora et la technologie : Le rôle de la diaspora afghane et néerlandaise dans la lutte contre la COVID-19

ALI AHMAD SAFI  |  23 JUIN 2021  |  ROUTED Nº15  |  TRADUIT DE L’ANGLAIS

L'équipe du Comité médical Afghanistan-Pays-Bas. Source : MCAN.

Le transnationalisme a évolué avec les progrès des nouvelles technologies, ce qui a facilité les activités transfrontalières des diasporas en général, mais surtout en période de crise comme la pandémie de COVID-19. Les organisations de la diaspora jouent un rôle essentiel dans la mise en relation des pays d’installation et d’origine et dans la compréhension de la dynamique des migrations. Depuis le début de la pandémie, les plates-formes Internet virtuelles ont créé une multitude de possibilités pour la diaspora de se rapprocher des pays d’origine en partageant les dernières avancées sur la COVID-19 et en entamant des dialogues. Les spécialistes de la migration, les décideurs politiques, les chercheurs et les médias se sont principalement concentrés sur la contribution financière de la diaspora et de ses organisations. Mais comme toute infrastructure sociale, les organisations de la diaspora afghane apportent également un soutien social, culturel, politique et de développement à l’Afghanistan. 

Le premier cas de COVID-19 en Afghanistan a été officiellement annoncé le 24 février 2020 dans la province occidentale de Herat et s’est rapidement répandu dans tout le pays. Selon l’Université John Hopkins, qui suit les cas confirmés de COVID-19 dans le monde, au 13 juin 2021, le virus avait infecté 88 090 Afghans, dont 3 449 ont perdu la vie. En tant que pays à faibles ressources, la pandémie a affecté le système de santé afghan, qui compte le plus faible nombre de travailleurs médicaux au monde, avec 1,9 médecin pour 10 000 habitants. Lors d’une enquête menée auprès des travailleurs de la santé en Afghanistan pendant la pandémie, 85 % d’entre eux avaient été testés positifs au cours des cinq premiers mois de l’infection. Depuis le début de la pandémie, la violence armée en Afghanistan a également tué des milliers d’Afghans civils, sans compter les conséquences de la pandémie. 

 

La pandémie a encouragé le Comité Médical Afghanistan-Pays-Bas (MCAN par ces sigles en anglais), une organisation de la diaspora afghane basée aux Pays-Bas, à transmettre ses connaissances médicales les plus récentes sur le diagnostic et le traitement des patients atteints de la  COVID-19 aux médecins et aux prestataires de soins de santé en Afghanistan, en utilisant les médias sociaux de l’organisation et d’autres plateformes virtuelles, comme Zoom.

 

« La pandémie nous a ouvert les yeux sur les diverses possibilités offertes par Internet. Avant la pandémie, nous pensions nous rendre en Afghanistan pour transmettre nos compétences par le biais de conférences et de programmes de formation, mais la propagation du coronavirus nous a obligés à sortir des sentiers battus », se souvient Razma Paykardjoe, la présidente du MCAN.

 

Fondée en 2014 à Utrecht par un groupe de professionnels de la santé de la diaspora afghane aux Pays-Bas, le MCAN poursuit trois objectifs principaux depuis sa création : partager des connaissances, créer des réseaux et collaborer pour renforcer les compétences de chacun. Par ses activités transnationales, le MCAN tente de contribuer à la reconstruction du système de santé afghan. Depuis sa création, le MCAN a mis en œuvre deux projets médicaux transnationaux en utilisant des plateformes en ligne, notamment UpToDate et eSurgery. La pandémie a également poussé le MCAN à créer un autre projet, dont l’objectif est de mettre les médecins afghans en Afghanistan en relation avec la diaspora afghane en Europe. 

 

Au cours de la première vague de COVID-19 en Afghanistan, le MCAN a réussi à élaborer une directive en partenariat avec des cliniciens afghans et néerlandais travaillant dans des hôpitaux néerlandais. Cette directive, intitulée « COVID-19 : Un guide pratique pour les professionnels de la santé en Afghanistan », a été rédigée dans le but de renforcer la gestion clinique des patients atteints de COVID-19 et de fournir des instructions actualisées sur la manière de diagnostiquer et de traiter les patients, en tenant compte des ressources limitées de l’Afghanistan dans le secteur médical. « Nous souhaitions faire part aux médecins et aux hôpitaux afghans nos approches les plus récentes en matière de traitement de la COVID-19 aux Pays-Bas », a déclaré M. Paykardjoe. 

 

Cette organisation de la diaspora afghane et néerlandaise a organisé une série de webinaires sur des sujets liés au diagnostic et au traitement de la COVID-19. La « nouvelle normalité », avec le soutien de diverses plateformes technologiques, a permis d’atteindre facilement un plus grand nombre de médecins et de professionnels de la santé, non seulement dans la capitale Kaboul, mais aussi dans l’ouest de Herat et de Farah, ainsi que des travailleurs de la santé dans les provinces du nord de Mazar-e Sharif. M. Paykardjoe a déclaré que si le virus a eu une incidence négative à l’échelle mondiale depuis son apparition, l’organisation a connu de nombreuses réalisations au cours de la propagation rapide du virus. Selon Mme Paykardjoe, l’accès à l’internet par les professionnels de la santé en Afghanistan a permis de réaliser ce qui semblait difficile à l’époque pré-pandémique. Elle a rappelé que les diverses plates-formes technologiques ont permis de se connecter facilement à un public plus large en Afghanistan, grâce à l’utilisation généralisée d’Internet par les professionnels de la santé, notamment les médecins. 

 

Selon Mme Paykardjoe, entre 40 et 50 médecins de divers hôpitaux privés et publics d’Afghanistan ont participé aux webinaires hebdomadaires du MCAN sur la COVID-19. L’organisation de la diaspora a ensuite partagé les webinaires enregistrés sur sa page Facebook, sa chaîne YouTube et son site web, et les personnes intéressées par le sujet ont regardé les webinaires ultérieurement. Autre élément positif de cette formation transnationale, le MCAN a supprimé la barrière de la langue et a organisé tous ses webinaires dans les deux langues principales de l’Afghanistan, le dari et le pachtou, ce qui a augmenté l’utilité et la portée du programme dans les différents hôpitaux du pays. Le défi, selon M. Paykardjoe, est de savoir combien de participants bénéficient réellement des conférences en ligne, car l’organisation n’a pas encore pu évaluer ses services. 

 

Parmi les participants au transfert transnational de connaissances du MCAN, le Dr Farid Rafiee, qui travaille à l’hôpital Wazir Akbar Khan de Kaboul, a grandement bénéficié des webinaires. Au cours de sa conversation avec l’auteur, Rafiee a déclaré que les professionnels de la santé en Afghanistan ne savaient pas quelles mesures étaient nécessaires lors de l’admission de patients atteints du COVID-19 dans les hôpitaux, en particulier au début de la pandémie, lorsque les connaissances sur le virus étaient limitées dans un pays disposant de faibles ressources. 

 

« Dans les premiers jours de l’épidémie de COVID-19, les webinaires du MCAN nous ont aidés à diagnostiquer (les kits de dépistage étaient limités) et à traiter, en utilisant les meilleures connaissances disponibles dans les hôpitaux européens » , a déclaré Rafiee. « Nous avons appris les changements radiologiques que le virus provoque chez les patients touchés et la meilleure approche de l’oxygénothérapie lorsque des personnes atteintes du COVID-19 ont été admises dans notre hôpital », a rappelé Rafiee.  

 

Au cours de la pandémie, le MCAN et son équipe ont joué un rôle important en utilisant la technologie pour soutenir leurs collègues afghans du secteur de la santé dans tout le pays. Il s’agit d’un exemple réussi du pouvoir des organisations de la diaspora dans l’exploitation de la technologie pour le transfert de l’expertise médicale, jouant un rôle vital dans la liaison entre les pays d’installation et d’origine.

Ali Ahmad Safi - picture by Nasratullah

Ali Ahmad Safi

Ali Ahmad Safi est doctorant au département des migrations et de la mondialisation de l’Université du Danube à Krems, en Autriche. Il a obtenu son master en études sur la paix et les conflits à l’Université européenne de la paix. Depuis 2015, M. Safi travaille également en tant que consultant auprès de l’Institut viennois pour le dialogue international et la coopération à Vienne, où il vit. Médecin de formation, il a également travaillé dans diverses organisations internationales de recherche et de médias et a publié de nombreux articles sur les questions politiques, sécuritaires et sociales en Afghanistan. Ses domaines de recherche comprennent la migration, la diaspora, les organisations de la diaspora et les acteurs non étatiques de la sécurité en Afghanistan.

Twitter : @doctorzdf

Ali.safi@donau-uni.ac.at

puerro largo.png

Cet article appartient au numéro «Renforcer les capacités des diasporas mondiales dans l'ère numérique», une collaboration entre Routed Magazine et iDiaspora. Les opinions exprimées dans la présente publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les positions de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ou de Routed Magazine.

iDIASPORA logo.jpeg
white banner FIXED shorter.jpg

Otros artículos

Charles Senessie AEMRN - fig1 logo.png

The AEMRN diaspora: Bridging the digital divide and knowledge gap through innovative digital technologies

Divya BalanS.jpg

Mobile women without mobile phones: Indian domestic workers in the Gulf

49869782938_dc42df11d0_k.jpg

All for one and one for all