Comment Clubhouse connecte la diaspora ghanéenne

KIRSTIE KWARTENG  |  23 JUIN 2021  |  ROUTED Nº15  |  TRADUIT DE L’ANGLAIS

Kirstie Kwartang_def.jpg

Image de Nathana Rebouças sur Unsplash.

La diaspora ghanéenne est importante, puisqu'on estime à 3 millions le nombre de Ghanéens répartis au Nigeria, aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans de nombreux autres pays du monde. Malgré cette dispersion mondiale, les communautés individuelles de la diaspora ghanéenne, notamment celles des grandes villes, sont proches et soudées. Elles sont soudées par des organisations et des institutions créées par des immigrants ghanéens.

 

Au début de la formation de la diaspora ghanéenne, l'engagement au sein des communautés de la diaspora était axé sur la création d'associations de villes d'origine, de groupes ethniques, d'institutions religieuses et sur la reproduction des pratiques culturelles ghanéennes. Le lien entre la diaspora et le pays d'origine se faisait par des allers-retours récurrents, des transferts de fonds ou par des moyens de communication tels que des échanges de lettres ou des appels téléphoniques. L'engagement de la diaspora ghanéenne s'est notamment développé avec l'évolution des médias. Les Ghanéens de la diaspora utilisent désormais des applications fintech comme WorldRemit pour envoyer des fonds, tandis que les applications de médias sociaux populaires comme WhatsApp, Facebook, Twitter et Instagram jouent désormais un rôle essentiel dans le maintien des liens entre les individus au Ghana et dans la diaspora. La pandémie a créé une demande accrue de connexion numérique au sein de la diaspora car les possibilités de se rendre au Ghana et de se réunir en personne dans les communautés de la diaspora étaient limitées. C’est à ce moment-là qu’une nouvelle application, Clubhouse, est devenue populaire auprès des jeunes de la diaspora ghanéenne et semble les aider à satisfaire leur besoin d'interagir les uns avec les autres. 

 

Lancée en mars 2020, Clubhouse est une application uniquement audio qui compte plus de 10 millions d'abonnés et permet aux utilisateurs d'écouter des conversations sur différents sujets en direct. Clubhouse permet aux utilisateurs de rejoindre ou de suivre des clubs qui correspondent à leurs intérêts, mais aussi d'écouter et de participer à des discussions entre les modérateurs des clubs et les invités sur différents sujets tels que la musique, la politique et l'actualité. L'application est devenue populaire auprès de la diaspora ghanéenne car elle lui permet de communiquer en temps réel et d'interagir de manière unique. Un utilisateur de Clubhouse de la diaspora ghanéenne avec qui j'ai discuté  considère même l’application comme étant un « miracle » car elle lui a permis de rencontrer des membres de la diaspora ghanéenne partout dans le monde et de discuter avec eux de leurs expériences communes. D'autres utilisateurs de la diaspora ghanéenne avec qui j’ai pu échanger ont déclaré que la fonction de connexion en temps réel de l'application facilitait la mise en réseau et la création de liens avec d'autres utilisateurs de la diaspora. En réduisant la distance entre les membres de la diaspora ghanéenne, Clubhouse a permis de créer et de maintenir des liens à une époque où les interactions physiques sont limitées.

 

En recherchant "Ghana" sur Clubhouse, vous trouverez plus de 50 clubs, ce qui traduit des besoins importants d’engagement social et démographique au sein de la communauté diasporique. 

 

Par exemple, de nombreux clubs fréquentés par les jeunes de la diaspora reproduisent les organisations de jeunesse de la diaspora en utilisant une identité pan-ghanéenne et comportent des salles virtuelles consacrées à l'apprentissage des langues, du patrimoine et de la culture ghanéens, à la découverte de ce qu'il faut savoir pour s'installer au Ghana, à la création de réseaux avec des jeunes Ghanéens partageant les mêmes idées, et à la manière dont ils peuvent utiliser leur temps et leurs compétences pour soutenir le développement du Ghana. Il existe également des clubs qui servent de groupes de discussion en mettant en relation les Ghanéens qui partagent un intérêt pour des sujets particuliers, comme le Ghanaian Music Lounge, des clubs pour les Ghanéens qui appartiennent à la même tranche d'âge ou au même sexe, comme Ghana Girls We Dey, et des clubs pour les Ghanéens de la même communauté ethnique, comme Ewe Vibes ou Ga Language University. 

 

Le club ghanéen le plus important et le plus connu, Ghanaian Lounge, est un club pan-ghanéen qui compte 16 900 membres et 10 500 adeptes. En étant le club ghanéen le plus important, le Ghanaian Lounge est devenu un microcosme de l'utilisation de Clubhouse par les Ghanéens et montre comment ces derniers utilisent Clubhouse pour répondre aux besoins d'engagement numérique de leur diaspora. Le Ghanaian Lounge accueille plusieurs réunions hebdomadaires, notamment des réunions où l'on parle sept langues ghanéennes pour aider les jeunes Ghanéens à apprendre leur langue maternelle, des réunions où l'on discute de l'actualité ghanéenne, des réunions de networking et même des réunions pour ceux qui recherchent leur âme sœur. En plus de ses événements hebdomadaires, le Ghanaian Lounge accueille également des salles d'événements spéciaux qui sont organisés de manière ponctuelle. Ces salons ont accueilli une grande variété d'invités, de l'artiste ghanéen de dancehall Shatta Wale au ministre de l'information du Ghana.

 

Certaines des salles du Ghanaian Lounge ont mis un accent particulier sur les relations entre la diaspora et la patrie, notamment des conversations sur le privilège de la diaspora et la question de savoir si la citoyenneté est un droit de naissance pour les Ghanéens de la diaspora. En 2019, le gouvernement ghanéen a lancé l'Année du Retour (« Year of Return »), une initiative touristique d'un an destinée à la diaspora ghanéenne et à la diaspora africaine au sens large. L'Année du Retour a fait l'objet d'une attention médiatique importante qui a accru l'intérêt pour le Ghana et sa relation avec les diasporas ghanéenne et africaine. Clubhouse est devenu un espace où l’on suit les conversations politiques que l'Année du Retour a créées, notamment autour de la citoyenneté, de l'appartenance et du rapatriement. 

 

L'utilisation de Clubhouse par la diaspora ghanéenne montre comment les méthodes numériques peuvent être utilisées pour renforcer et maintenir les relations entre la diaspora et le pays d'origine. La diversité des discussions qui ont lieu dans l'espace ghanéen de Clubhouse illustre la variété des intérêts de la diaspora ghanéenne et la façon dont elle utilise Clubhouse comme outil numérique pour répondre à ces intérêts. En outre, l'utilisation de Ghanaian Clubhouse révèle l'importance de trois éléments clés dans l'engagement numérique de la diaspora. Tout d'abord, elle montre qu’il est important de prêter attention aux plateformes de médias sociaux qui sont populaires dans la communauté d'intérêt de la diaspora afin de mieux s'engager avec elle. Deuxièmement, elle montre l'importance des médias sociaux dans l'engagement des jeunes générations de diasporas. L'engagement des jeunes diasporas peut les aider à se sentir liés à leur pays d'origine, ce qui les incitera à créer un lien unique avec leur pays d'origine, distinct de ceux de leurs parents. Enfin, Clubhouse montre qu’il est important de comprendre les besoins des diasporas afin d'utiliser les médias sociaux comme un outil efficace d'engagement des diasporas. Il sera ainsi plus facile pour les diasporas de se mobiliser, car elles sauront que leurs préoccupations seront prises au sérieux.

 

Le temps nous dira si Clubhouse restera une partie intégrante de l'engagement numérique de la diaspora ghanéenne après la pandémie, mais en attendant, l'espace Clubhouse ghanéen continuera à servir d'exemple d'engagement de la diaspora à l'ère numérique.

Kirstie Kwarteng_.jpg

Kirstie Kwarteng

Kirstie Kwarteng est une narratrice et une conservatrice d'histoires. Elle est actuellement étudiante en doctorat à la SOAS, Université de Londres, au département des études du développement et a reçu le prix commémoratif Dudley Stamp de la Royal Geographical Society. Elle est également la fondatrice de The Nana Project, une plateforme en ligne dédiée à la préservation de l'histoire du Ghana à travers des récits de première main sur l'histoire du Ghana.

puerro largo.png

Cet article appartient au numéro «Renforcer les capacités des diasporas mondiales dans l'ère numérique», une collaboration entre Routed Magazine et iDiaspora. Les opinions exprimées dans la présente publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les positions de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ou de Routed Magazine.

iDIASPORA logo.jpeg
white banner FIXED shorter.jpg

Otros artículos

Abdul-lateef Awodele.jpg

Twitter orientation and digitalised medical outreach of transnational Nigerian doctors to the homeland during COVID-19

Bardha Qokaj - Cape of Rodon photoS.jpg

Make home a better place through diaspora programmes: Engaging the Albanian diaspora during the pandemic

Oluwasegun_%C3%A2%C2%80%C2%93_Afro-Londo

Memories, nostalgia and acculturation in Marricke’s Afro-London Wahala: Chronicles of an African Londoner