L'expérience de l'association Manzoul dans l'utilisation du numérique au service de la diaspora syrienne

JIHAD ALABDULLAH  |  23 JUIN 2021  |  ROUTED Nº15  |  TRADUIT DE L’ANGLAIS

Jihad Alabdullah - Manzoul.png

Logo de Manzoul.

Après plus d'un an en plein dans la pandémie du coronavirus, nous avons découvert qu'il y a une multitude de changements que nous pouvons apporter dans nos vies. Il est très probable que ces changements soient en attente d’un événement pour accélérer leur venue.

Les changements qui ont eu lieu ont touché tous les aspects de la vie que ce soit au travail, à l'école ou encore à la maison. Dans de nombreux pays, les enfants sont restés à la maison où ils étaient scolarisés. De même, de nombreux employés ont commencé à travailler depuis leur domicile », et certains ont subi un licenciement ou une suspension au travail.

Face à la propagation rapide du virus, plusieurs nouvelles méthodes numériques ont été développées afin de s'adapter à la nouvelle situation. Ces méthodes s’avèrent respecter les mesures de distanciation sociale instaurées à cause du COVID-19.

 

Les organisations caritatives et civiles travaillant dans les affaires publiques ont également connu cette transformation, cherchant laborieusement de nouvelles façons de travailler et de s'adapter à cette nouvelle situation.

 

 

Les initiatives et activités de l'association Manzoul

 

L’association Manzoul a été créée peu de temps avant la pandémie du coronavirus. Elle a alors eu du mal à mener des activités pendant que la pandémie se propageait et les fermetures que celle-ci a engendrées. Tout d'abord, Manzoul a organisé des conférences interactives via des plateformes numériques (telles que Zoom) sur les inquiétudes concernant le coronavirus, comment faire face au COVID-19, et la nutrition et l’alimentation saine.

 

Avec le temps, et surtout avec les signes d'une deuxième vague, l’association Manzoul a développé l'idée et a lancé de petits projets culturels et de services en accord avec ses principes, ses intérêts et objectifs.

 

Ces projets visaient à :

  • Fournir des services aux migrants et aux réfugiés dans leur langue maternelle qui est l’arabe, en particulier pour les Syriens vivant à travers le monde. Ceci a fait de la technologie une solution incontournable pour le respect de la distanciation sociale imposée dans leurs pays. Les consultations à distance et l'enseignement de l'arabe aux enfants à distance faisaient partie des services fournis.

  • Réduire les conséquences liées à la pandémie du coronavirus et ses effets sociaux et psychologiques, avec des activités culturelles, artistiques et littéraires.

 

Nous avons passé en revue ici deux exemples de projets que l'association entreprend.

 

1) Le projet de conseil médical et psychologique

 

Avec le début de la crise du coronavirus, nous avons remarqué une augmentation du nombre de questions médicales qui nous étaient soumises, ainsi qu'aux médecins autour de nous concernant le COVID-19 et d'autres maladies, car les patients étaient souvent incapables de se rendre ou d'obtenir des services directs auprès des médecins et des hôpitaux. Ceci était non seulement dû aux restrictions liées à la pandémie du coronavirus, mais aussi à une surcharge du secteur de la santé et à la crainte des patients quant aux visites en personne.

Organisation du projet :

 

Une publicité pour le projet a été réalisée en arabe. Cette publicité comprenant les objectifs, la méthode pour obtenir des conseils ainsi que l’audience cible, a été publiée sur le site de l’association, ses réseaux sociaux, et dans les groupes WhatsApp et Telegram.

 

Un numéro WhatsApp a été attribué pour les consultations. Ceci avait pour but de renseigner sur la qualité du service, les conseils, le mode de communication et la nature du service et que tout ceci soit vu en tant qu’une consultation plutôt qu’une thérapie.

 

Après avoir reçu les consultations écrites ou en audio, le médecin envoie un petit mémo du cas analysé, généralement de manière anonyme. La personne reçoit une réponse sous 48h pour déterminer la date de la consultation qui est réalisée dans la semaine en fonction du besoin.

 

Il y a un médecin qui supervise les consultations reçues sur WhatsApp puis les distribue dans le groupe des médecins. L'équipe est composée de trois médecins de spécialités différentes : un psychiatre, un médecin de famille et un gynécologue. Nous avons également travaillé avec d'autres médecins d'autres spécialités lorsque certains problèmes ne peuvent être traités par l'équipe, notamment en ce qui concerne les maladies ou les sur spécialités pédiatriques.

 

La consultation se déroule en écoutant méticuleusement le patient avant de lui fournir des conseils, de possibles solutions et/ou une explication sur une maladie ou un traitement particulier. Dans de nombreux cas, ceux qui cherchent des conseils sont invités à obtenir des services de santé adaptés à leur pays de résidence.

 

Au cours des derniers mois de 2020, l’association Manzoul a fait près de 50 consultations pour des personnes (en particulier des Syriens) vivant dans différents pays, de l'Allemagne à la Suède, en passant par l'Arabie saoudite, la Turquie et d'autres pays qui reçoivent les réfugiés. Au départ, le but premier des consultations était psychologique. Début 2021, le nombre de consultations a augmenté, et au cours du premier trimestre de l'année, nous avons fourni environ 50 consultations.

 

Difficultés rencontrées pendant les consultations :

  • Nous avons rencontré quelques difficultés mineures telles que des interruptions de la connexion internet, au cours desquelles des messages vocaux ou écrits ont été utilisés.

  • Le temps limité et la fréquence des demandes de consultations étaient souvent difficiles à concilier avec notre objectif de mener des consultations a termes, et non brusquées ou superficielles. Pour y remédier, les rendez-vous sont généralement programmés le week-end, avec jusqu'à 30 minutes de consultation.

  • Nous avons parfois été confrontés à l'urgence des patients voulant obtenir des traitements tels que la psychothérapie ; des traitements qui ne pouvaient pas être effectués pour des raisons juridiques et professionnelles, ou des fois pour rédiger des ordonnances de médicaments ou rédiger des rapports liés à leur cas.

  • Nous avons également dû refuser les demandes sollicitant les numéros personnels des médecins.

 

Nous visons à étendre ce service avec l'utilisation de moyens tels que les appels vidéo, tout en espérant accroître l'équipe et améliorer les moyens de communication impliqués.

 

2) L’Initiative du Forum culturel de Manzoul

 

Le Forum culturel est une activité culturelle périodique qui se déroule sur des plateformes numériques, organisée par l’association Manzoul en collaboration avec des activistes et d'autres personnes intéressées par les affaires culturelles et publiques.

 

L'initiative, dans sa première phase, a été consacrée à une région de la Syrie, Al-Qaryatayn, qui est une ville au centre du pays et à la périphérie de la steppe syrienne, la Badia, d'où viennent un certain nombre de membres de l’association Manzoul, et résidant maintenant en Allemagne et ailleurs. Les activités du Forum consistaient à parler des habitants de la ville d'Al-Qaryatayn, de leur folklore, de leur patrimoine culturel et des icônes qui y ont vécu dans le passé et qui y vivent aujourd'hui.

 

L'initiative vise à :

  • Rétablir la communication entre les personnes et les familles venant d'un même pays, qui sont dispersées dans le monde entier, grâce à la technologie disponible.

  • Initier une génération qui a grandi à l'étranger au cours des dix dernières années, au patrimoine et à l'environnement culturel de leur pays et aux personnalités qui y sont actives. Cela vise à montrer aux jeunes des expériences de réussite inspirantes pour les aider à construire leur avenir.

 

Dans les étapes exécutives de l'initiative, un bureau d’administration a été formé, composé de cinq personnes, dont trois membres de l'association et deux activistes ayant un intérêt profond pour les affaires culturelles et littéraires.

 

Depuis mars 2021, le Forum a accueilli trois invités originaires d'Al-Qaryatayn, et qui vivent dans différentes régions du monde. Dans le premier épisode, nous avions reçu un invité qui a vécu avec sa famille en Jordanie pendant des années, qui est professeur de philosophie et a travaillé comme professeur et directeur du centre culturel d'Al-Qaryatayn avant de migrer. Il fait partie de ceux qui ont continué à travailler, à écrire des livres, à enseigner à ses élèves et à les guider à distance.

 

Dans le deuxième épisode, nous avons accueilli l'une des personnes intéressées par la thématique du patrimoine culturel. C'est un enseignant qui a exercé pendant de nombreuses années le métier d'enseignant et continue de le faire dans son pays d’accueil, le Liban, et cela, malgré son âge avancé (plus de soixante-dix) et les conditions difficiles qui s’y trouvent. L'invité a écrit un livre sur Al-Qaryatayn et son folklore. Il a parlé pendant deux heures de ce livre et de son contenu en présence d'une soixantaine de personnes vivant dans différents pays du monde, la plupart originaires d'Al-Qaryatayn.

Le troisième épisode a mis en vedette une figure sympathique et exemplaire, un professeur d'éducation physique vivant actuellement dans le Golfe. Il a une histoire très intéressante, ayant fondé les bases du football d'Al-Qaryatayn. Hormis cela, Il pratique de la fauconnerie comme hobby, un centre d’intérêt pour lequel il voyage à travers le monde. La rencontre avec cet invité a fait découvrir à de nombreux jeunes l'histoire de leur pays et l'émergence du football, ce qui n’a pas manqué de rappeler de beaux et moments historiques marquants.‏

 

Le Forum est en train de mettre en place cinq autres rencontres avec des personnalités d'Al-Qaryatayn qui ont un intérêt pour les arts, l’héritage culturel, l'éducation et l’humanitaire, en plus d'accueillir des jeunes qui ont accompli un travail éminent dans les pays de la diaspora.

 

Le Forum culturel est une nouvelle expérience et constitue une étape importante pour les habitants d'Al-Qaryatayn, qui ont eu l’opportunité d’apprendre davantage sur les exemples de réussite de leur région et la possibilité d’en apprendre sur leur héritage culturel. Il y a eu des retours positifs venant de la part des habitants d'Al-Qaryatayn et des Syriens qui ont même demandé afin que cette expérience soit répliquée dans d'autres régions, en particulier dans les zones rurales.

 

Ceux-ci constituent deux des nombreux projets entrepris par Manzoul, tout en jouissant pleinement des avantages de la technologie moderne en cette période de pandémie du coronavirus, telle une expérience importante, utile et évolutive.

 

Nous espérons que ces activités vont continuer même après la fin de la pandémie, en raison de l'impact positif qu'elles ont engendré et de l'opportunité distincte qu'elles offrent de pouvoir communiquer et de pallier à l'aliénation parmi les personnes de la diaspora.

Jihad Alabdullah Foto11.png

Jihad Alabdullah

Jihad Alabdullah est un consultant en psychiatrie et en psychothérapie dans le Department of Psychiatry, Psychotherapy Centre for Transcultural Psychiatry (ZtP) et à l'hôpital Vivantes Humboldt. Il est également membre de la Société Allemande de Psychiatrie et de Psychothérapie, ainsi que de la Sous-section de Psychiatrie Interculturelle et de Migration. Il est joignable à l’adresse email suivante : manzoul.ev@gmail.com.

Manzoul est une organisation caritative et non gouvernementale, créée à Berlin en 2019 par des Syriens et des Allemands d'origine syrienne. L'association vise à aider les Syriens à parvenir à une intégration efficace en Allemagne et à apporter secours et soutien aux réfugiés et aux personnes déplacées qui vivent en Syrie et dans les pays voisins.

- Site web: https://manzoul.org/de/

- YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCbd79M-XmAbCqg8R-1ca5Cw

- Facebook: https://www.facebook.com/ManzoulVerein

puerro largo.png

Cet article appartient au numéro «Renforcer les capacités des diasporas mondiales dans l'ère numérique», une collaboration entre Routed Magazine et iDiaspora. Les opinions exprimées dans la présente publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les positions de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ou de Routed Magazine.

iDIASPORA logo.jpeg
white banner FIXED shorter.jpg

Otros artículos

Aida Ibricevic i-dijaspora TITLE PHOTO.p

Innovative approaches in diaspora engagement: i-platform/i-dijaspora connecting the Bosnian and Herzegovinian diaspora

Hélène Le Bail _ Ya-Han Chuang.png

French Asian youth online: constructing collective identity and fighting against racism

JdG

Interview with Juan delGado, founder of Qisetna: "We wanted to reclaim a space for Syrians to share their stories"